Ce que les béninois doivent savoir sur les préalables du processus

Le Comité Technique de Pilotage du RAVIP, dès son installation et en attendant la phase de communication publique, a entrepris, dans une démarche de communication institutionnelle, une série de rencontres avec les composantes majeures de la société : organisations religieuses, organisations professionnelles, élus locaux, centrales syndicales, conférences administratives départementales, CODIR des ministères, chambre consulaire, etc. pour les informer de l’opération à venir, de ses modalités et du mode de réalisation. Ceci, par considération pour ces composantes afin qu’elles ne découvrent pas l’opération seulement au moment où la campagne de communication de masse aurait démarré.

Seulement, alors que toutes les structures sollicitées ont répondu favorablement à la demande d’audience et ont invité le CTP à aller leur faire les exposés, curieusement aucune des centrales syndicales n’a daigné faire suite à la demande d’audience du CTP. Celle-ci a été déposée dès le 30 août. Et, en l’absence de réaction près de deux mois plus tard, le CTP les a invitées à une séance d’information pour ce mardi 24 octobre. En fait le CTP entend profiter d’une nouvelle séance prévue avec le clergé catholique, pour recevoir ces centrales au Chant d’oiseau. Le courrier envoyé date du 18 octobre 2017. Les différents courriers et les décharges du cahier de transmission, qui attestent que les courriers ont bien été réceptionnés à leurs secrétariats respectifs existent, et ne peuvent souffrir d’aucune contestation.

Le déroulé du processus montre à suffisance toute la bonne foi du Comité Technique de Pilotage du RAVIP

Face à cette mauvaise volonté manifeste et unanime des Secrétaires Généraux de ne pas aller écouter le CTP, quel crédit accorder à ces centrales syndicales ? Pourquoi n’ont-elles pas répondu à la demande d’audience alors qu’elles ont le temps de tenir des séances à la Bourse du Travail avec les membres du Front pour le Sursaut Patriotique (FSP) ? Pourquoi est ce que les différents responsables de ces centrales syndicales n’ont pas voulu se donner le temps d’être renseignés sur l’opération et son déroulement ? Quel intérêt à vouloir nuire à une œuvre de développement ? Voilà autant de questions qui méritent des réponses.

Tout porte à croire que les centrales syndicales, en collaboration avec certains politiciens, heureusement mis en minorité tous les jours parce que ayant fait leurs preuves, optent délibérément pour la rue, sur les pavés des critiques infondées. Ces différentes preuves montrent bien que les centrales syndicales défendent d’autres intérêts que ceux du peuple et des travailleurs.

Yves Dakoudi

Partagez cet article sur vos médias sociaux :

Objectifs et
Missions du RAVIP
Les points
d'enrôlement
Le formulaire
d'enrôlement