Toboula rassure la population et met en garde les indélicats et autres inciviques

Le débat sur le RAVIP fait transpirer les uns et inspire les autres. Après la sortie de l'ANT qui a apporté la lumière sur ce qu'est effectivement le RAVIP, c'est le tour de l'autorité préfectorale, dans un style qu'on lui connaît, de poser la voix qu'il faut pour rassurer quelques compatriotes perturbés par certains "individus malintentionnés" qui ont actionné "un réseau d'intoxication et de mauvaise communication pour aller contre la mise en œuvre des dispositions d'une loi" et qui de surcroît "achètent des réseaux d'intoxication" avec des citoyens "commis à des actes de vandalisme aux fins d'arrêter ou de freiner l'élan du gouvernement pour mettre en place un dispositif de développement".

Face aux inquiétudes soulevées par la population, du fait des actes de vandalisme des indélicats dans le département du Littoral, le préfet demande "aux populations d'être calmes et rassurées" parce que leur "sécurité est garantie", même "les opérateurs, ceux qui doivent mener l'opération, "peuvent compter sur les commissaires instruits pour barrer la voie aux voyous de la République. Tapant du pied sur le sol comme un soldat, il lance un appel aux indélicats à qui il promet un traitement "pour permettre aux honnêtes citoyens qui doivent faire les pas vers le développement de ce pays" de vivre en toute sérénité.

Le RAVIP n'étant pas un instrument de contrainte, nous invitons ceux qui ne veulent pas avancer, à laisser dans la liberté, les autres évoluer. C'est cela, la liberté dont parle notre constitution.

Aux détracteurs de l'autorité préfectorale, Toboula sait qu'il détient un pouvoir renouvelable [chaque seconde]. Même les ministres, le président Talon et moi-même, tous nous passerons et vous aussi. On peut agir et être relevé ou mourir la seconde qui suit. Pour autant qu'il faut laisser le mal prospérer ? Dans ce cas, à quoi bon avoir le pouvoir si on ne peut l'exercer ? Ce qui compte, c'est le sentiment du devoir BIEN accompli. Là dessus, TOBOULA attend ceux qui s'adonnent aux pratiques contraires aux lois de la République et déclare qu'il " va leur appliquer la dernière rigueur de la loi parce que la pagaille a assez duré".

Avançons maintenant !

 

B K H l'Intégral

Partagez cet article sur vos médias sociaux :

Objectifs et
Missions du RAVIP
Les points
d'enrôlement
Le formulaire
d'enrôlement